Catégories
Non classé

Emmanuel Macron Lance Le Campus High Tech Façon Silicon Valley A Aix

Non, vous n’êtes pas chez Google ou Facebook, mais bel et bien à Aix-en-Provence, future capitale du numérique. C’est au Sud de la ville, dans la zone d’activités du Tourillon à La Duranne, que verra bientôt le jour The Camp, un nouveau campus d’innovation numérique unique en Europe. Ce projet fait la part belle à la modernité et aux nouvelles technologies, dans un style architectural résolument branché, « à l’image des grandes écoles et des grandes entreprises de la Silicon Valley aux Etats-Unis », comme nous l’explique Corinne Vezzoni, son architecte.

Le ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, Emmanuel Macron était présent sur les lieux du futur pôle numérique pour donner le coup d’envoi du chantier, à l’occasion de sa venue dans la région dans le cadre des Rencontres économiques. Il était accompagné par des élus locaux et des représentants des mondes économique et universitaire, et notamment Martine Vassal la nouvelle présidente du Département des Bouches du Rhône.

L’idée vient de l’Aixois Frédéric Chevalier, entrepreneur de talent multi casquette, président-fondateur de la société HighCo et ancien président du Club Top 20. Son objectif ? Faire rayonner le territoire métropolitain dans le monde entier, afin qu’Aix-Marseille devienne l’une des références en matière d’innovation numérique dans la recherche sur la ville intelligente.

« un terrain de 7 hectares dans un cadre naturel très agréable »

Au cœur du Technopôle de l’Arbois, The Camp disposera de 11 100 m² de locaux d’enseignement, de formation, de détente et de convivialité, mais aussi d’une résidence hôtelière de 284 chambres, sur un terrain de 7 hectares et dans un cadre naturel très agréable au milieu des pins. La résidence hôtelière permettra d’accueillir les intervenants ou les étudiants venus de loin et qui ont besoin de rester sur place quelques jours, quelques semaines ou quelques mois.

Côté architecture, l’accent est porté sur la transparence et l’ouverture. Comme nous l’explique Corinne Vezzoni « On est parti de l’idée de créer des petits volumes circulaires, lieux d’enseignement ou de travail, espacés les uns des autres et protégés par un toit commun constitué par une toile tendue en PTFE (Le PTFE est le matériau qui a servi à couvrir le stade Vélodrome). Cette architecture permet de respecter un maximum le relief du site et de ne pas construire un grand bâtiment, d’un seul bloc qui nous aurait obligé à tout minéraliser. Les lieux de convivialité et de rencontre sont partout à l’extérieur de ces salles circulaires. On reste ainsi en harmonie avec la nature ».

Une seule réelle fausse note avait été soulevée lors de la concertation préalable au projet, il s’agissait de l’augmentation de la circulation automobile aux abords de cette zone naturelle et des conséquences sur l’environnement. La ville d’Aix-en-Provence ne le voit pas du même œil. Elle explique que « Le projet se situe en continuité d’un lotissement d’activités […] en conséquence il ne touche pas de zone protégée » avant de poursuivre qu’il « accueillera des personnes venues pour la plupart de zones géographiques qui dépassent la région et donc qui arriveront en transports en commun. L’ensemble des besoins seront satisfaits sur le site (hébergement, restauration, loisirs), ce qui aura pour effet de limiter les déplacements aux heures de pointe ».

L’ouverture est prévue en 2017.

Le campus comprendra 5 activités principales :
– Un pôle de formation post diplôme pour les étudiants
– Un pôle de formation pour préparer les dirigeants et cadres d’entreprises
– Un pôle d’accélération pour les startups et le PME de croissance
– Un pôle d’expérimentation
– L’organisation de conférences pour le grand public

Au total, 150 nouveaux emplois seront créés pour former 300 étudiants et 2000 managers chaque année, accueillir 20 startups et 40 PME.

Catégories
Non classé

Découverte Une Plante Carnivore Tueuse De Frelons Asiatiques

Les plantes carnivores du genre botanique Sarracenia apparaissent être une arme redoutable contre les frelons asiatiques (Vespa velutina) qui menacent nos écosystèmes et s’attaquent notamment à nos colonies d’abeilles domestiques ! C’est la découverte faite un peu par hasard par Christian Besson, jardinier botaniste du Jardin des plantes de Nantes qui trouva plusieurs spécimens de frelons asiatiques à moitié digérés par les sucs gastriques de la plante lors d’un atelier grand public.

Sarracenia pourrait-elle éradiquer les populations de frelons asiatiques de nos régions?

Le jardin des plantes et le Muséum d’histoire naturelle de Nantes ont inspecté environ deux cents plantes. Ils ont trouvé, en moyenne, trois frelons par urne et Romaric Perrocheau précise avoir aussi trouvé des «mouches, mais jamais aucune guêpe, aucune abeille ou aucun frelon européen». Il est trop tôt pour crier victoire car a lui seul, le Sarracenia ne pourra éradiquer les populations de frelons asiatiques qui ont choisi de s’installer dans nos régions. Il pourrait en revanche permettre de développer des pièges imitant la plante. L’université de Tours s’attèle en ce moment même à identifier, puis copier, la molécule qui piège les invasifs frelons asiatiques afin de mettre au point un piège olfactif dans lequel sera placée cette fameuse molécule de Sarracenia.

Le piège des Sarracenia, un précipice attractif!

Cette plante d’origine américaine se présente sous la forme d’un grand tube surplombé d’un chapeau qui évite à l’eau de pénétrer dans la plante. Sur la corolle d’ouverture, un léger sirop sucré attire les insectes très vite pris au piège dans l’urne via une feuille interne extrêmement glissante, comparable à un véritable toboggan. Prisonnier, le frelon finit sa vie au fond de la tige digéré par les sucs digestifs de la plante. Dans la vidéo ci-dessous, Romaric Perrocheau, directeur du Jardin des Plantes de Nantes, nous explique comment cette plante carnivore mange les frelons asiatiques :

Catégories
Non classé

Le Cinema En Plein Air Fait Le Tour De Marseille Pendant L Ete

Ça vous dirait de découvrir ou redécouvrir les grands classiques du cinéma tranquillement assis quelque part dans Marseille avec pour seul toit le ciel étoilé ? Et bien, vous allez être servi car cet été encore, pour la 20e édition, l’association Tilt propose aux Marseillais des projections en plein air. Le rendez-vous s’appelle Ciné Plein-Air. Un moment incontournable pour les amateurs de cinéma et de convivialité.

Ciné Plein-Air propose un parcours cinématographique à travers la ville. De juin à septembre, les spectateurs sont invités à suivre l’association de quartier en quartier, avec toujours le même objectif : découvrir un film, mais aussi profiter d’un moment de convivialité, au cœur de la ville, autour d’un pique-nique, en famille ou avec des amis.

Avec sa programmation exigeante et accessible à tous, Ciné Plein-Air joue la carte de la cinéphilie la plus large : films de répertoire, films d’auteur, films grand public, séances de rattrapage, films du monde…

Tilt est né en 1995, l’association pour faire bouger le cinéma et le public à Marseille et alentours, pour ouvrir les horizons cinématographiques les plus divers au public le plus large, former des spectateurs actifs, critiques et participants au débat, agir pour une culture de proximité, susciter la parole et l’échange, favoriser l’appropriation des outils, générer des expressions singulières.

Vendredi 26 juin 2015 à 22h15 au Centre social Bois Lemaitre/Les Lierres (12e) : M. Peabody et Sherman : les Voyages dans le temps, de Rob Minkoff

  • Mercredi 1 juillet à 22h au parc Longchamp (4e) : Monuments men, de George Clooney
  • Jeudi 2 juillet à 22h au Château Borély (8e) : Peau d’âne, de Jacques Demy
  • Jeudi 9 juillet à 22h dans le Jardin Guy Azaïs – La Capelette (10e) : Tante Hilda ! de Jacques-Rémy Girerd, Benoît Chieux
  • Vendredi 10 juillet à 22h au Frioul (7e) : Jason et les Argonautes, de Don Chaffey
  • Jeudi 16 juillet à 21h45 au Château Borély (8e) : Edward aux mains d’argent, de Tim Burton
  • Vendredi 17 juillet à 21h45 sur la place du Refuge – quartier du Panier (2e) : Girafada, de Rani Massalha
  • Samedi 18 juillet à 21h45, sur la place du Refuge – quartier du Panier (2e) : The Grand Budapest Hotel, de Wes Anderson
  • Vendredi 24 juillet à 21h45 sur la place du Refuge – quartier du Panier (2e) : L’Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet, de Jean-Pierre Jeunet
  • Samedi 25 juillet à 21h45 sur la Place du Refuge – Quartier du Panier (2e) : All Is Lost, de J. C. Chandor
  • Jeudi 30 juillet à 21h45 dans le Jardin Guy Azaïs – La Capelette (10e) : Invictus, de Clint Eastwood
  • Vendredi 31 juillet à 21h30 sur la place du Refuge – Quartier du Panier (2e) : Le Promeneur d’oiseau, de Philippe Muyl

Août

  • Samedi 1 août à 21h30 sur la Place du Refuge – Quartier du Panier (2e) : The Blues Brothers, de John Landis
  • Jeudi 6 août à 21h30 au Château Borély (8e) : La Belle et la Bête, de Christophe Gans
  • Vendredi 7 août à 21h30 sur la Place du Refuge – Quartier du Panier (2e) : Lettre à Momo, de Hiroyuki Okiura
  • Samedi 8 août à 21h30 sur la Place du Refuge – Quartier du Panier (2e) : La Party, de Blake Edwards
  • Jeudi 13 août à 21h30 au Château Borély (8e) : Les Contes d’Hoffmann, de Michael Powell et Emeric Pressburger
  • Vendredi 14 août à 21h15 sur la Place du Refuge – Quartier du Panier (2e) : Detective Dee 2 : La Légende du dragon des mers, de Tsui Hark
  • Samedi 15 août à 21h15 sur la Place du Refuge – Quartier du Panier (2e) : Ram-Leela, de Sanjay Leela Bhansali
  • Samedi 22 août à 21h dans la cour de la Vieille Charité (2e) : Metropolis, de Fritz Lang
  • Mercredi 26 août à 21h place Villeneuve-Bargemon – Vieux-Port (2e) : Marius, d’Alexandre Korda
  • Jeudi 27 août à 21h place Villeneuve-Bargemon – Vieux-Port (2e) : Fanny, de Marc Allégret
  • Vendredi 28 août à 21h place Villeneuve-Bargemon – Vieux-Port (2e) : César, de Marcel Pagnol
  • Samedi 29 août à 21h dans la cour de la Vieille Charité (2e) : La Guerre des mondes, de Steven Spielberg
  • Vendredi 4 septembre 2015 à 20h45 au Centre social Sainte-Elisabeth – La Blancarde (4e) : Jack et la mécanique du cœur, de Stéphane Berla et Mathias Malzieu
  • Samedi 5 septembre à 20h45 dans la cour de la Vieille Charité (2e) : 2001 : l’Odyssée de l’espace, de Stanley Kubrick
  • Samedi 12 septembre à 20h30 place Villeneuve-Bargemon – Vieux-Port (2e) : America, America, d’Elia Kazan
  • Vendredi 18 septembre à 20h15 au parc Longchamp (4e) : L’Histoire du chameau qui pleure, de Byambasuren Davaa et Luigi Falorni
  • Samedi 19 septembre à 20h15 place Villeneuve-Bargemon – Vieux-Port (2e) : Justin de Marseille, de Maurice Tourneur
Catégories
Non classé

Grèce : Un Retraite en Larmes Devant Une Banque Devient Le Symbole Du Désarroi Du Peuple Grec

Assis en larmes, abattu devant une banque de Thessalonique, son livret d’épargne et sa carte d’identité par terre, Giorgos Chatzifotiadis, …

Catégories
Non classé

Invention Incroyable : Un Verre d’Eau Salée Pour 8 Heures De Lumière

Catégories
Non classé

Pendant Ce Temps Les Taxis Proposent Le Wifi Gratuit A Lagos

A lors que la fronde des taxis bat son plein en France devant l’émergence des VTC et du service UberPop, à Lagos, les taxis proposent depuis quelques jours le wifi gratuit à leurs clients à bord de leurs véhicules. Il s’agit de la firme Metro-taxi associée à l’opérateur internet mobile Smile Communications Nigeria Limited. L’objectif annoncé de Smile Communications est de réinventer l’expérience client des utilisateurs de taxis de la capitale nigériane à l’heure où l’internet mobile ne cesse de croitre dans le pays.

Le wifi gratuit n’impactera pas les tarifs des courses selon la société. 200 véhicules sont équipés. Les utilisateurs pourront ainsi rester connectés le temps de leur trajet en taxi dans la capitale nigériane très encombrée à toute heure.

Ce n’est pas la première innovation des taxis de Lagos. Un nigérian de 26 ans ayant étudié et vécu au Royaume Uni et aux Usa, propose depuis plus d’un an, une application mobile gratuite permettant de réserver un taxi sur la capitale depuis son Smartphone en toute sécurité. Une société née au Brésil en 2011, incubée par Rocket Internet et présente à travers 30 pays dans le monde, principalement dans l’hémisphère sud. Les chauffeurs sont sélectionnés, formés à l’utilisation de l’application et d’un plan, 10% de la course leur est prélevée. Le taxi peut aussi être réservé par SMS ou appel à un call center. Le service fonctionne aussi à Abuja.

Le Nigeria est actuellement en pleine révolution dans la proposition de solutions de transports collectifs dans les grandes villes, grâce à l’émergence des smartphones et de l’internet mobile. Le wifi à bord et les applications ne réservation ne sont qu’un début.